Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
archeo-tintignac Le blog de Christophe Maniquet

Petite chronique littéraire

C.M.

Titre de l'ouvrage :

"Sites gaulois en France".

Auteurs : Renée Grimaud pour le texte et Bruno Colliot pour les photos

Parution : mai 2013

On y parle de Tintignac en page 56 et de 60 à 63. Le texte de Renée Grimaud concernant cette partie est écrit à partir du mien et les photos signées Inrap/RMN, sans citer le nom de l'auteur (Patrick Ernaux) et laissant imaginer que B. Colliot est l'auteur de tous les clichés de l'ouvrage. Et tout ça, sans autorisation aucune.

En outre, on notera que l'ouvrage concerne presque exclusivement des oppida visitables dans certaines régions de France (pourquoi pas les autres ?). Mais ne nous plaignons pas : pour une fois que le Limousin est représenté...

D'ailleurs Tintignac est placé dans le chapitre "Autres oppida du centre de la France". Depuis quand le sanctuaire de Tintignac fait-il partie d'un oppidum ? On imagine que cela a été fait dans le seul but d'exploiter de jolies images...

On y apprend que le mot carnyx "est à l'origine un mot galate - les Galates étaient les Celtes d'Asie Mineure - qui signifie "corne", "trompe" (p. 61). Bien sûr aucune source n'est citée. D'ailleurs aucune publication concernant Tintignac n'apparaît en bibliographie.

Alors, en ce qui concerne le reste de l'ouvrage, on n'y apprend pas grand chose. Le papier et les photos sont de bonne qualité, ce qui n'est déjà pas mal. Bien que pour certaines, on peut constater que le photographe est passé bien après le départ des archéologues (tranchée à demi effondrée à Moulay, sans aucun intérêt p. 76). Ou encore celle des murs reconstitués du temple gallo-romain de Corent (p. 51), légendée comme suit : "Murs au sol de l'oppidum gaulois de Corent, bien dessinés dans les champs" !

Quant au texte, on peut y apprendre par exemple, concernant la métallurgie, page 69 : "A l'aide d'une louche en terre cuite et à long manche, le forgeron verse le métal en fusion dans des moules de pierre, auxquels il a donné la forme souhaitée : épées en fer, bandage de roues de char, outillage agricole, outils de menuiserie, etc. Une fois refroidi, l'objet est sorti du moule". Je fais donc appel ici aux archéologues qui auraient eu la chance de retrouver le moule en pierre d'une épée en fer ou d'un bandage de roue de char !

Bref, vous voulez vraiment mon avis ?

Petite chronique littéraire
Petite chronique littéraire
Petite chronique littéraire

Commentaires

amandine 15/11/2013 13:00

Les moules en pierre pour faire les épées sont à coté des moules à muffin...c'est une recette à base de potion magique évidemment.

Un petit article sur l'expo des sites corréziens? Nous sommes ravis de pouvoir découvrir enfin le petit Cernunnos et le buste de Faustine à Margerides dès le mois prochain.

Amandine

CGDG 05/11/2013 16:12

Quelle chance, la culture est partout! Moi curieux, je viens d'apprendre que chez les gaulois le "forgeron" est sculpteur de pierre et qu'il invente le moulage des bandages de roue!
Le moulage des épées opération très délicate?
Il ne nous reste plus qu'à changer forgeron en moulgeron......Et inviter certains hauteurs d'aller faire un tour aux Forges de Pyrènes en Ariège pour mettre à jour leurs connaissances sur la métallurgie.

Isabelle 01/11/2013 15:19

Renée Grimaud m'avait contactée pour avoir des infos sur Tintignac en prévision de la parution de ce livre; je lui avais conseillé de contacter l'archéologue, ce que je fais chaque fois lorsque des personnes désirent obtenir des photos, publier un article ou éditer un livre; ça n'a pas été fait et c'est dommage, on aurait pu éviter de publier des erreurs et de dire des énormités. ( le moule en pierre en forme d'épée ...!)