Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
archeo-tintignac Le blog de Christophe Maniquet

Un carnyx, c'est quoi ?

C.M.

Les carnyx sont de grandes trompettes de guerre, de la taille d’un homme, utilisées par les Gaulois, qui contribuaient, selon Polybe et diodore de Sicile, au « tumulte guerrier». Ces trompettes étaient tenues verticalement et dotées, à l’extrémité supérieure, d’un pavillon en forme de tête d’animal par la gueule ouverte duquel s’échappait le son. On les connaît aujourd’hui essentiellement par des représentations sur des monnaies gauloises ou des deniers de la période césarienne, ou bien encore sur des monuments triomphaux gallo-romains. Les découvertes effectives de carnyx se limitent à quelques dizaines de fragments – pas toujours identifiés comme tels –, tous anciens et dont le contexte est inconnu ou mal identifié.

 


À Tintignac, quatre fragments plus ou moins importants dotés de hures de sanglier sont assurément des portions de trompettes de guerre, ainsi qu’un cinquième muni, quant à lui, d’une tête de serpent. Deux têtes de sanglier en bronze coulé ont aussi sans doute constitué des pavillons de cet instrument.
Ce sont donc au total sept carnyx qui ont été extraits du dépôt de Tintignac.
Certains tubes de
carnyx sont fabriqués à partir de tôles de bronze martelées, tandis que d’autres ont été moulés. Ces derniers ont-ils fonctionné avec l’une des têtes de sanglier en bronze coulé  ? Ceci signifierait que l’on a peut-être affaire à deux générations de carnyx
distinctes, les uns étant composés de tôles de bronze et les autres de portions moulées.
Une première tentative de reconstitution des
carnyx a permis de déterminer que la taille originelle de l’instrument devait avoisiner 1,80 m du sommet du pavillon à la base de l’embouchure. L
es hures de sanglier en bronze coulé étaient dotées d’oreilles plus petites et plus réalistes (une seule a été découverte) que celles en tôle martelée qui pouvaient atteindre 45 cm de longueur. 



Le nombre de découvertes effectives de fragments de carnyx reste très faible dans l’ensemble du domaine celtique laténien. Elles sont souvent anciennes et leur contexte n’est jamais parfaitement connu.
Seuls deux autres pavillons de carnyx sont connus dans le monde celtique. L’un d’eux a été découvert en 1816 à Deskford en Ecosse dans une tourbière. Représentant une tête de sanglier en tôle de bronze martelée, il était doté à l’origine d’une langue mobile en bois. Ce pavillon ne ressemble cependant guère à ceux de tintignac. Aucun fragment de tube ne l’accompagnait. L’autre pavillon de carnyx découvert en 1883 sur le sanctuaire de Mandeure dans le doubs présente en revanche des ressemblances troublantes avec les nôtres. Il s’agit en fait d’une seule face de pavillon en tôle de bronze repoussé qui était accompagné lors de son dégagement d’un lot de monnaies gauloises et romaines. La datation de ce pavillon reste incertaine. Celle du dépôt dans lequel il se trouvait est estimée entre le Ier s. av. J.-C. et le Ier s. apr. J.-C.

Commentaires