Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
archeo-tintignac Le blog de Christophe Maniquet

L'occupation du sol autour de Tintignac

Fabien L.

Dans le cadre d’un travail universitaire de Master 2 d’archéologie, des prospections ont été menées depuis 2005 autour du sanctuaire de Tintignac. Ces prospections visaient à cerner au mieux l’occupation du sol autour du site de Tintignac entre le début du deuxième Age du Fer et la fin de l’Antiquité. La zone géographique étudiée a été choisie en plaçant au centre le site de Tintignac. Le territoire défini arbitrairement correspond à dix communes limitrophes à celle de Naves, soit une superficie de 212 km². Durant quatre années, les recherches ont permis de découvrir une centaine de sites et d'indices de sites

complétant la centaine déjà connue par la cellule de la Carte Archéologique du Service Régional de l’Archéologie du Limousin.

Peu propice aux prospections de terrain par la rareté des labours, cette partie du département de la  Corrèze offre un relief prononcé et un couvert végétal très dense. Cependant, les enquêtes orales auprès des érudits locaux et prospecteurs, ainsi qu’auprès des particuliers, témoignent d'un fort potentiel archéologique sur la zone d’étude. Des collections inédites ont pu être étudiées et, après vérifications systématiques sur le terrain, de nouveaux sites ont été répertoriés. Dans le même temps, toute la documentation existante a été reprise, comparée et recoupée avec les informations que nous possédions. Les campagnes de prospections pédestres se sont, quant à elles, prioritairement portées sur les rares parcelles labourées et sur tout type de travaux touchant au sous-sol. De la même manière, les zones boisées ont aussi fait l’objet de recherches de terrain en accentuant les études sur les micro-reliefs.

Après traitement de toutes ces informations et du mobilier récolté, les données ont été saisies dans une base informatique reliée à un S.I.G (Système d’Information Géographique).

Parallèlement, en 2007, est né un projet de coopération entre deux régions présentant un environnement et des conditions de prospections similaires. Ce projet, à l’initiative du Centre Européen de la Civilisation Celtique (Bibracte), avait pour ambition de comparer la région de Tintignac à celle de Bibracte. Ainsi, des analyses paléoenvironnementales, une couverture de photographies aériennes et infrarouges ainsi qu’un relevé de terrain par LIDAR (Light Detection And Ranging) ont été appliquées sur une superficie de 20 km² autour du sanctuaire de Tintignac. Le relevé LIDAR est une méthode de télédétection, réalisée grâce au survol de la zone par un laser multidirectionnel. Celui-ci permet de repérer les anomalies de microreliefs, sous toutes les formes de couvert végétal. Ainsi, grâce à cette méthode, des sites qui passent inaperçus au sol, peuvent être mis en évidence et cartographiés précisément.

Les résultats de toutes ces recherches ont permis de dresser des cartes archéologiques communales. Ainsi, autour du sanctuaire de Tintignac, l’occupation gallo-romaine a pu être étudiée sur une soixantaine d’hectares. Plusieurs bâtiments ont pu être reconnus aux alentours mais restent relativement éloignés de l’ensemble monumental caractérisant le sanctuaire. Des zones vierges de vestiges autour de l'ensemble monumental de Tintignac  existent donc, et les limites maximales de l'occupation  gallo-romaine semblent désormais bien cernées. D’abord, par la nécropole du Peuch Redon, qui se trouve en marge du "monde des vivants", à l'est ; ensuite, par un périmètre bien caractérisé de zones stériles en vestiges et repérées par les prospections ; enfin, par la concentration relativement dense de nouveaux pôles d’occupation. qui occupent un territoire qui reste à définir plus précisément.

 

Si vous avez connaissance de vestiges archéologiques dans le périmètre étudié, n'hésitez pas à contacter Fabien ou à laisser un petit commentaire sur ce blog...


 

Commentaires